Archive

Intolérances alimentaires

Le sans gluten en veut toujours plus

Florence Taillefer / Jean-François AUBRY | 15 septembre 2016 |

10 % des foyers déclarent avoir acheté un produit sans gluten au cours de 12 derniers mois… (photo : Boncolac)
C’est avéré : les Français font de plus en plus attention à ce qu’ils mettent dans leurs assiettes et ont compris que leur santé passait aussi par leur alimentation. À l’instar des produits bio, le marché du sans gluten s’inscrit dans cette tendance et touche finalement une population plus large que les seuls malades cœliaques.

Après l’huile de palme, le gluten est donc le nouvel ennemi à traquer dans nos assiettes. Adieu donc les bonnes tartines du matin, les plats de pâtes, les biscuits et la pizza du dimanche soir… car le gluten, cette protéine qui ce cache dans la plupart des céréales (blé, seigle, orge, etc.), est présent dans bon nombre de produits de notre quotidien. Au départ, le « régime sans gluten » est né d’un véritable problème de santé pour les personnes souffrant de maladie cœliaque (environ 1 % de la population) qui sont véritablement allergiques à cette protéine. Pour les autres (99 % de la population donc !), aucun risque à en consommer. Mais le sans gluten fait pourtant de plus en plus d’adeptes. « 10 % des foyers déclarent avoir acheté un produit sans gluten au cours de 12 derniers mois. Mais le plus intéressant et prometteur, c’est que 83 % d’entre eux ne sont pas concernés par une intolérance au gluten », insiste Pierre Van Marrewijck, directeur marketing de Nestlé Grand Froid.

 

 

Le dépistage encore laborieux

Il y a donc dans la déferlante « sans gluten » un effet de mode indéniable mais les fabricants croient aussi à une fidélisation des consommateurs en quête de produits meilleurs pour la santé, plus sains, etc. « Les consommateurs constatent souvent par eux-mêmes, sans passer par la case docteur, que leurs symptômes s’améliorent ou disparaissent en passant au sans gluten », note un intervenant. Les médecins sont encore mal formés pour dépister une intolérance et encore moins une sensibilité. Le processus vient souvent du malade lui-même. « Les choses évoluent mais lentement », explique Jacky Rousselot, responsable de Vitalita Distribution, le distributeur exclusif de la marque Amy’s Kitchen pour la France, Belgique, Luxembourg et Suisse.

 

Il est vrai que le sujet doit être pris au sérieux car, au-delà du phénomène de mode et de l’engouement médiatique, il s’agit tout de même de santé publique. Avec un peu de recul, la plupart des nutritionnistes s’accordent d’ailleurs pour dire que la suppression totale du gluten peut entraîner certaines carences, en vitamines B1, B9, en fibres ou en fer notamment. La puissante Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis, a publié qu’« aucun avantage nutritionnel n’était avéré pour une personne qui n’a pas de sensibilité au gluten ». Rien n’atteste aujourd’hui que la suppression ou même la réduction du gluten présente un réel intérêt pour la santé… ce qui n’est pas le cas du sucre ou des graisses par exemple. Même si les témoignages de consommateurs sont nombreux à attester l’inverse…

 

 

10 millions de consommateurs

Selon les prévisions de WGO, Mintel et Bfood Analysis Europe, il y aurait 1 % de la population véritablement allergique (des personnes contraintes de supprimer le gluten de leur assiette donc) mais aussi 10 % de la population dits « sensibles » au gluten et 16 % encore qui perçoivent le « sans gluten » comme bénéfique pour leur santé ou leur poids. Autrement dit : une manne potentielle de plus de 10 millions de Français !!! De quoi aiguiser l’appétit des marques.

 

Dans ce contexte, le rayon grand froid fait des émules. « Les produits surgelés sont tout à fait complémentaires au rayon épicerie. Le surgelé permet d’apporter une diversité mais aussi un niveau de qualité organoleptique que nous ne pouvions pas atteindre en épicerie », argumente Sébastien Jaffeux, directeur marketing de Schär, la marque leader du marché. Le surgelé reste en effet pratique, permet de couvrir de nouveaux besoins avec des pizzas ou des plats cuisinés par exemple. Il n’y a donc pas de cannibalisation entre les rayons. Autre avantage, et non des moindres : les DLC. Le marché est encore petit et les distributeurs hésitent à référencer des produits frais par peur d’avoir trop de casse. Avec les surgelés, ce risque est très limité.

 

Mêmes atouts en restauration. « De plus en plus d’hôtels ou de restaurants veulent pouvoir répondre aux besoins de leurs clients qui demandent du sans gluten… sans pour autant subir les contraintes du frais en termes de dates de consommation car la demande reste encore faible », souligne-t-on chez Bridor. Le surgelé a donc une belle carte à jouer sur ce marché, petit certes, mais en pleine effervescence. D’ailleurs, à la fois pour répondre à une autre attente qui monte dans les médias et chez les foodistas et prendre une longueur d’avance sur les besoins futurs, les intervenants se sont déjà penchés sur le cas du « sans lactose ». Certains proposent même des produits qui combinent les deux « sans ».

Indicateur intéressant : les ventes de laits spécifiques en GMS, dont le délactosé, ont progressé de 4,1 % sur les douze derniers mois quand le marché global a reculé de 2,6 %. Et, au rayon des yaourts, ce sont les spécialités au soja qui enregistrent l’une des plus fortes progressions. Un signe qui ne trompe pas sur l’essor d’un marché « sans lactose ».



Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Actualités

  • Le phénomène du Drive

    Mode de distribution assez peu répandu en Europe, le Drive s’affirme pourtant très nettement en France aujourd’hui.

    30 mai 2011
  • Le Freezer Center et l’hyper marquent des points

    Les parts de marché des différents circuits sont restées globalement stables en 2010, mais les freezer centers grignotent tout de même du terrain, ...

    17 mai 2011
  • Picard prend le cap du MSC

    L’acteur emblématique du marché du freezer center vient de faire certifier sa chaîne d’approvisionnement pour une vingtaine de ...

    16 mai 2011
Dossiers de la rédaction
  • 1 janvier 2016
    Dans ce dossier dédié aux aides culinaires, focus tout d'abord sur le segment des herbes aromatiques surgelées sur le marché des grandes et moyennes surfaces. Alors que le merchandising tend à privilégier les petites boîtes, les sachets peinent à gagner en visibilité. Le ...
  • 1 décembre 2015
    Dans ce dossier dédié aux produits de boulangerie, focus déjà sur la reine des reines du boul'pât, j'ai nommé la galette des rois. Si la frangipane reste reine, la créativité des opérateurs avance de façon raisonnée et raisonnable... mais avance. Focus également sur le snack ...
  • 1 octobre 2015
    Dans ce dossier thématique sur les produits élaborés en GMS, Le monde du Surgelé revient sur le segment des plats cuisinés, toujours en repli. Pour autant, les marques ne baissent pas les bras, en misant notamment sur le terroir et tradition ! De leur côté, les pizzas sont ...
  • 1 septembre 2015
    Dans cette thématique axée sur les produits festifs, gros plan notamment sur le marché apéritif en GMS. Si la croissance n'est pas forcément au rendez-vous, le segment offre encore de belles perspectives. Focus sur l'escargot, produit incontournable à l'occasion des fêtes, ...
  • 1 juillet 2015
    Nouvelle thématique axée les fruits. A commencer par un article sur le marché GMS où les fruits surgelés transformés figurent parmi les parents pauvres. Cette fois en univers Food Service, focus sur les brochettes et les carpaccios qur le créneau des produits service. Panorama ...

Produits et Services