Distribution

Daniel Sauvaget : « écomiam restera fidèle aux produits bruts »

AUBRY, Jean-François | 14 janvier 2021 |

L’année 2020 a marqué un nouveau tournant pour l’enseigne de magasins spécialisés. Son fondateur et Pdg Daniel Sauvaget évoque ses performances, son introduction réussie en bourse, et les développements en cours, sur fond de crise du Covid.


Le Monde du Surgelé : Quel bilan tirez-vous de cette année inédite ?

ECOMIAM_Danielbd.jpgDaniel Sauvaget : 2020 restera, sur le plan professionnel j’entends, une bonne année pour écomiam. Au 30 septembre, nous avons bouclé notre dernier exercice sur une augmentation du chiffre d’affaires de 56 %, soit 36 % à périmètre constant. Sur l’année civile, la progression est bien sûr encore plus nette sous l’effet Covid.

LMDS : Comment expliquez-vous ces performances inédites des surgelés ?

D.S. : Les crises comme celle que nous traversons, exacerbent souvent les tendances du moment. Pendant les confinements, le recours à des pratiques alimentaires privilégiant les produits bruts, la cuisine « fait-maison » et l’origine France, n’ont fait que renforcer l’adhésion des clients au modèle écomiam, confortant d’autant les choix et positionnements de l’enseigne.

LMDS : À votre avis, le marché du surgelé sortira-t-il gagnant de cette crise, sur le long terme ?

D.S. : J’en suis convaincu et d’ailleurs à titre personnel, je suis très fier qu’écomiam ait contribué, à son modeste niveau, aux côtés de Picard et Thiriet, à restaurer l’utilité du surgelé dans l’esprit des consommateurs. Une technologie qui rappelons-le a été malmenée par les pratiques peu scrupuleuses de certains industriels qui ont « bricolé » avec la réglementation.

ECOMIAM_6116bd.jpg

LMDS : L’année 2020 marque aussi l’introduction d’écomiam en bourse. Avec quel résultat ?

D.S. : Ce projet boursier, qui était quand même une gageure lorsque nous l’avons initié en avril dernier, a pleinement porté ses fruits. Nous avons rencontré une forte demande pour le titre, qui, depuis les débuts de sa cotation en octobre dernier, a déjà varié de 58 %, à l’heure où je vous parle. Donc non seulement l’opération s’est bien déroulée mais surtout la bonne perception de l’enseigne par le marché boursier nous prouve que nous avons actionné les bons leviers distinguant aujourd’hui, dans la distribution alimentaire, les modèles gagnants des perdants.

LMDS : En matière d’implantation de magasins, où en êtes-vous ?

D.S. : Comme annoncé dans le cadre de l'introduction en bourse, nous nous sommes fixé un rythme d’ouverture de 20 magasins par an. On est plutôt en avance sur le tempo avec déjà sept ouvertures sur les trois premiers mois. Ce qui porte à 34 le nombre de magasins écomiam. Jusqu’alors concentrés sur le Grand Ouest, nous élargissons aujourd’hui le déploiement avec déjà deux magasins implantés respectivement à Dax dans les Landes et Civrieux d’Azergues au nord de Lyon. D’autres régions suivront sans doute prochainement mais pas avant que nous ayons déjà consolidé nos nouveaux points d’appui, sans parler du Grand Ouest qui conserve encore du potentiel.

LMDS : L’année 2021 verra-t-elle des évolutions au sein de votre assortiment ?

D.S. : Nous prévoyons d’enrichir notre offre, mais en restant alignés sur le créneau du brut ! En d’autres termes, nous n’irons pas vers le plat cuisiné. Déjà parce que ce n’est pas notre positionnement et surtout cela risquerait de brouiller la perception qu’ont nos clients de l’assortiment, qui est justement le meilleur garant du succès d’écomiam.

ECOMIAM_6126bd.jpg

LMDS : Planchez-vous sur le développement de nouveaux services ?

D.S. : L’accent va être mis sur la livraison à domicile. Certes déjà performante, elle nous permet de livrer partout en France en moins de 48 heures via notre partenaire Chronofresh. Mais c’est plutôt la politique tarifaire qui reste à définir. Certains acteurs du Online ont en effet brouillé les pistes en appliquant le principe de gratuité pour ce service. Or c’est une erreur. La gratuité reviendrait à répercuter ces coûts supplémentaires, soit sur des clients qui font l’effort de se déplacer en magasin, soit sur nos partenaires fournisseurs ou encore sur l’organisation des magasins. Fidèles à notre credo de transparence sur les prix, nous nous sommes attelés à ce gros chantier pour trouver le meilleur compromis possible.

LMDS : Vous avez toujours déclaré vouer une importance capitale à la valorisation des filières de production amont auprès des consommateurs.

D.S. : En effet, aujourd’hui on consomme trop souvent sans s’interroger sur ce qui existe en amont des produits. En cohérence avec notre ambition de réconcilier le consommateur avec son écosystème, nous intégrons Claire Loiseau en qualité de responsable de la valorisation des filières de production agricoles et agroalimentaires. Elle aura pour mission de vulgariser, au sein de nos équipes magasins, comme auprès de nos clients, tous les savoirs faire et l’actualité de nos filières de production, pour resserrer ce lien qui s’est distendu avec les consommateurs.

LMDS : Selon vous, quelle est la carte maîtresse du surgelé aujourd’hui ?

D.S. : Outre la qualité intrinsèque des produits et la transparence qui doit les accompagner, on sait que l’offre du surgelé permet de limiter sensiblement le gaspillage alimentaire. C’est un vecteur de développement et surtout un gage de réassurance pour les surgelés.

Ecomiam en Chiffres

Création : 2009

Parc : 34 magasins

Surface moyenne : 300 m2

CA moyen annuel par magasin : 900 K€

CA global : 23 M€ (arrêté au 30 septembre 2020 et sur 27 magasins)

Objectifs annoncés : 20 ouvertures par an et 110 M€ de CA à l’horizon 2025.

Un positionnement dans l’ère du temps

Créé en 2009 par Daniel Sauvaget, Ecomiam s’appuie sur un système de distribution basé sur la juste rémunération des filières de production et la transparence sur la composition des prix de vente aux consommateurs. De moins de 200 références au départ, l’assortiment s’est considérablement élargi pour atteindre 350 références. À la volaille et au porc se sont ajoutés du bœuf, de la charcuterie (les produits carnés représentent une bonne moitié de l’offre) mais aussi des légumes, des aides culinaires et des desserts. Contrairement aux enseignes concurrentes, les produits élaborés sont minoritaires mais Ecomiam propose malgré tout quelques pizzas, pâtes et croques pour couvrir ces besoins quotidiens. Ici, tout est 100 % français. Les labels et le bio sont aussi présents, mais pas forcément une priorité pour l’enseigne.

Pas de promo

Autre singularité dans le positionnement d’Ecomiam : pas de promo mais des prix bas et fixes tout au long de l’année. « Nous préférons pratiquer des prix bas plutôt que dépenser de l’argent pour dire qu’on est moins chers » est-il clairement écrit dans le catalogue, seul support à disposition des clients. Les infos produits, elles, sont clairement indiquées sur les étiquettes en rayon ou bien via une appli développée par l’enseigne. Côté implantation, Ecomiam s’installe quasiment toujours dans des zones commerciales, toujours en sortie. À noter que tous les magasins sont également des points Mondial Relay, ce qui permet au passage de toucher de nouveaux clients potentiels.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • Innovations surgelés et glaces
    29 janvier 2021
    LMDS délivre un point synthétique du marché par grandes catégories de produits, impactées plus ou moins par la crise du Covid. Chiffres clés avec le concours de Kantar et d'Iri, nouveaux produits sélectionnés par la rédaction... On poursuit cette semaine avec la cuisine du monde.
  • 21 novembre 2019
    Dossier consacré au thème de l’Asie. Parmi les sujets abordés,  une récente étude de Harris Interactive fait le point sur le rapport qu’entretiennent les Français avec l’univers culinaire de l’Asie. Un article aussi sur Le Nouvel An Chinois qui reste un ...
  • 1 janvier 2016
    Dans ce dossier dédié aux aides culinaires, focus tout d'abord sur le segment des herbes aromatiques surgelées sur le marché des grandes et moyennes surfaces. Alors que le merchandising tend à privilégier les petites boîtes, les sachets peinent à gagner en visibilité. Le ...
  • 1 décembre 2015
    Dans ce dossier dédié aux produits de boulangerie, focus déjà sur la reine des reines du boul'pât, j'ai nommé la galette des rois. Si la frangipane reste reine, la créativité des opérateurs avance de façon raisonnée et raisonnable... mais avance. Focus également sur le snack ...
  • 1 octobre 2015
    Dans ce dossier thématique sur les produits élaborés en GMS, Le monde du Surgelé revient sur le segment des plats cuisinés, toujours en repli. Pour autant, les marques ne baissent pas les bras, en misant notamment sur le terroir et tradition ! De leur côté, les pizzas sont ...

Produits et Services

Évènements

Tous les évènements

Sélections thématiques