Distribution

Partenariats PME fabricants et distributeurs

Grés d’Or 2018 : les glaces et la pâtisserie surgelée à l’honneur

Jean-François AUBRY | 20 septembre 2018 |

photo : cérémonie des Grés d'Or 2018
La 20e édition des Grés d’Or met en lumière deux collaborations réussies entre PME et distributeurs, sur le créneau du surgelé sucré et des glaces. Les partenariats concernent Otantic et Transgourmet ainsi que Foucteau Pomone et Système U.






Créés en 1998 à l’initiative de la FEEF (Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France), Les Grés d’Or récompensent chaque année des partenariats sous MDD entre des PME de l’agroalimentaire et des enseignes de la distribution. Ces collaborations gagnantes, basées sur des relations commerciales devant aller au-delà du simple référencement, assurent un coup de projecteur aux PME, tout en valorisant les initiatives de certaines enseignes, sur le marché consommateur comme en circuits professionnels.

Cette année, deux collaborations parmi les dix lauréats de la vingtième édition concernent les produits Grand Froid : Otantic et Transgourmet sur le marché de la restauration, Pomone Foucteau et Système U sur le marché consommateur.

 

 


Otantic et TransgourmetOTANTIC-BAC MYRTILLE 2.5

Des glaces artisanales pour la restauration  

 

Otantic

Siège : Chorges (05) – Date de création : 2015 – Nombre de salariés :10

Activité : fabrication de crèmes glacées artisanales, traditionnelles, bio et sans sucres ajoutés - Durée du partenariat : 10 mois

 

Le contexte

Fin 2017, suite à un appel d’offre doublé d’un audit,Transgourmet sélectionne les glaces Otantic pour une distribution nationale. L’enseigne souhaite ainsi faire évoluer son offre de glaces artisanales et recherche auprès  de la PME de la différenciation, de la qualité et de la créativité.


L’action 

Transgourmet confie à l’entreprise la réalisation de sa gamme de glaces artisanales sous sa marque «Sélection Transgourmet par Gérard Cabiron », Meilleur Ouvrier de France desserts glacés. Dès janvier 2018, une course contre la montre s’engage pour produire 60 % du volume annuel en à peine 4 mois.  Otantic développe et fabrique 50 parfums de glaces et sorbets pour approvisionner les 15  plateformes du distributeur

pour la fin du mois d’avril. Pour y arriver, l’entreprise recrute 6 nouveaux collaborateurs, trouve un partenaire pour le stockage et l’expédition des produits finis. De son côté, Transgourmet organise une communication forte auprès de ses commerciaux, réalise un film promotionnel et déploie un site internet permettant aux restaurateurs de créer leur carte des glaces et des PLV.

 

Les résultats

Chacun des partenaires a pris des risques à son échelle, le groupe Transgourmet sur l’aptitude de l’entreprise à réaliser les volumes pressentis, et Otantic sur le financement de son développement

accéléré.  

 

Leurs réactions


Eric Chazeix, chef de groupe achats surgelés transgourmet France

 « Transgourmet a souhaité avec le produit de revente qu’est la glace pour le restaurateur, de lui apporter une vraie différence qualitative : la caution d’un Meilleur Ouvrier de France sur sa carte, un choix d’ingrédients naturels de haute qualité (gousses de vanilles infusées et grattées, Pistache de Sicile, pâte à tartiner maison…), un goût qui tient la promesse du parfum. Notre choix s’est ainsi porté sur un petit atelier de glacerie, situé à Chorges, au pied du Massif des Ecrins dans les Hautes Alpes. Plus qu’une glace artisanale, la glace d’un maître artisan glacier ».

 

Céline Faure, présidente fondatrice d’Otantic

 « Notre collaboration avec Transgourmet marque un tournant dans l’activité de l’entreprise. Cette première commande a été un vrai challenge pour élaborer 50 parfums de glaces, gérer le stockage et

la logistique en quelques mois.  Grâce à ce partenariat nous avons pu recruter 6 personnes et investir dans du nouveau matériel qui va nous

permettre d’utiliser du lait entier biologique local dans toutes nos recettes de crèmes glacées, traditionnelles ou certifiées bio »

 

Portrait de la lauréate Céline Faure


 

 




Foucteau Pomone et Système UFoucteau Pomone-Tarte Pommes Normande

Des tartes aux pommes saines et durables


Pomone Foucteau

 Siège : Les Hauts d’Anjou (49) – Date de création : 1992 – Nombre de salariés : 170 – Activité : pâtisserie (tarte, gâteau, coulant au chocolat) – Durée du partenariat : 20 ans


Le contexte

La collaboration entre Pomone Foucteau et Système U démarre à la fin des années 90 avec la centrale d’achat Ouest et Nord-Ouest de l’enseigne. En 2016, Système U recherche plus de différenciation pour ses marques de distributeurs (MDD) et choisit de faire appel à son partenaire fabricant pour ses pâtisseries.


L’action

Système U et Pomone Foucteau travaillent pendant 1 an sur le co-développement de nouvelles recettes de tartes aux pommes sous marque « U » et « Saveur U ». Le fabricant prend en charge la sécurisation et la négociation des matières premières « origines » auprès de ses partenaires arboricoles du Val de Loire, contrôle le respect du cahier des charges établi et élabore les pilotes en usine. Pour la farine, Système U accompagne la PME dans la recherche de meuniers capables de concilier qualité, origine et compétitivité.


Les Résultats

Après 6 mois de lancement, les résultats atteignent les objectifs de volumes fixés. Le cahier des charges mis au point recense des produits dont l’origine France des matières premières n’avait jamais été proposée en rayon. Les tartes aux pommes sont fabriquées à partir de pommes du Val de Loire, de la farine certifiée CRC, du beurre, des oeufs et du sucre origine France.

 

Leurs réactions


Patrice Buchard, Directeur Filière BVP chez Système U

« Notre partenariat avec Foucteau Pomone a démarré dans les années 90. Sa force repose sur la capacité de cette PME familiale à réaliser des produits de qualité, fabriqués à partir de matières premières nobles et de fruits récoltés dans ses propres vergers. Notre collaboration permet à U Enseigne de bénéficier de recettes exclusives, développées dans l'échange entre nos équipes respectives, avec en objectif commun la satisfaction de nos clients »


Eric Sarazin, Directeur général de Pomone Foucteau

« Système U nous a permis de mettre en avant nos valeurs et notre savoir-faire historique et familial. Les équipes ont été réceptives à notre manière de travailler dans nos vergers et à la qualité des matières premières agricoles françaises et respectueuses de l’environnement que nous pouvions leur proposer pour leurs MDD »


Portrait du lauréat Eric Sarazin


 

 

Loi Alimentation : 3 questions à Dominique Amirault, président de la FEEF

LMDS : Etes-vous satisfait de la loi Alimentation issue des Etats Généraux de l’Alimentation (EGA) ? 


Dominique Amirault : Nous avons soutenu la méthode de concertation des EGA et sommes favorable à l’objectif de revalorisation des revenus agricoles. Néanmoins, les décisions prises en faveur du relèvement du SRP (seuil de revente à perte) de 10% et de l’encadrement des promotions ne sont pas des mesures efficaces pour répondre à la problématique agricole. L’encadrement des promotions est une idée séduisante car on peut penser qu’elle mette fin à la guerre des prix. Certes, cet encadrement mettra probablement un coup d’arrêt à la guerre des prix à l’aval consommateur entre les enseignes. Mais l’origine de la destruction de valeur dans la filière ne réside pas là ; elle se situe dans la guerre des prix à l’amont qui finance la guerre des prix à l’aval par l’achat moins cher aux fournisseurs des produits agricoles ou transformés.


LMDS :  Pourquoi, en tant que représentant des PME, êtes-vous défavorable au relèvement du seuil de revente à perte (SRP) de 10% ?


D.A. : La majoration du SRP risque de fragiliser les PME françaises au profit des multinationales. La mise en place du SRP majoré va se traduire par une préférence des distributeurs pour les rayons à fort volume, donc les grandes marques des multinationales, parce que générateurs d’une masse de marge plus importante. Ainsi, le relèvement du SRP équivaut à offrir sur un plateau des parts de linéaires en plus aux multinationales, sans création de valeur en contrepartie, au détriment des marques PME françaises qui vont voir leur attractivité diminuer.


LMDS : Selon vous, quelle mesure aurait dû figurer dans la loi Alimentation pour permettre le rééquilibre des relations commerciales ?


D.A. : La solution pour revaloriser le revenu des agriculteurs et renforcer les PME existe : rendre obligatoire l’application du tarif du fournisseur auprès du distributeur. La « contractualisation rénovée » (inversion du mécanisme de formation des prix en partant des coûts et cours agricoles), chère au Président Macron, ne pourra être réellement profitable aux agriculteurs que si les fournisseurs PME peuvent facturer leur tarif auprès du distributeur. C’est le seul moyen pour répercuter immédiatement les fluctuations des produits agricoles et, in fine, rééquilibrer les relations commerciales.  



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • 1 janvier 2016
    Dans ce dossier dédié aux aides culinaires, focus tout d'abord sur le segment des herbes aromatiques surgelées sur le marché des grandes et moyennes surfaces. Alors que le merchandising tend à privilégier les petites boîtes, les sachets peinent à gagner en visibilité. Le ...
  • 1 décembre 2015
    Dans ce dossier dédié aux produits de boulangerie, focus déjà sur la reine des reines du boul'pât, j'ai nommé la galette des rois. Si la frangipane reste reine, la créativité des opérateurs avance de façon raisonnée et raisonnable... mais avance. Focus également sur le snack ...
  • 1 octobre 2015
    Dans ce dossier thématique sur les produits élaborés en GMS, Le monde du Surgelé revient sur le segment des plats cuisinés, toujours en repli. Pour autant, les marques ne baissent pas les bras, en misant notamment sur le terroir et tradition ! De leur côté, les pizzas sont ...
  • 1 septembre 2015
    Dans cette thématique axée sur les produits festifs, gros plan notamment sur le marché apéritif en GMS. Si la croissance n'est pas forcément au rendez-vous, le segment offre encore de belles perspectives. Focus sur l'escargot, produit incontournable à l'occasion des fêtes, ...
  • 1 juillet 2015
    Nouvelle thématique axée les fruits. A commencer par un article sur le marché GMS où les fruits surgelés transformés figurent parmi les parents pauvres. Cette fois en univers Food Service, focus sur les brochettes et les carpaccios qur le créneau des produits service. Panorama ...

Produits et Services

Évènements

Tous les évènements

Sélections thématiques