Distribution

Distribution RHD

L'entretien du mois : Christophe Loison, Relais D’Or Miko

Jean-François AUBRY | 9 février 2017 |

Photo : Le Monde du Surgelé
Le délégué général de Relais D’or Miko évoque l'actualité et les développements en cours du réseau national de distribution alimentaire en restauration : la double certification ISO 9001 (satisfaction client) et ISO 22000 (sécurité sanitaire),les distributeurs acquis par Pomona,le développement de l'assortiment produit...







LMDS : Qu’est-ce qui vous a conduit à adopter cette démarche de certification ISO 22 000 de l’ensemble du réseau Relais D’Or Miko ?

Christophe Loison : Ce projet découle de plusieurs constats. En premier lieu le développement de notre activité en frais, une gamme de produits exigeant une attention renforcée par rapport à la glace ou au surgelé. Ensuite, les crises alimentaires à répétition nous montrent qu’aucun intervenant de la chaîne de distribution n’est à l’abri. Face au renforcement de la réglementation et aux nouvelles attentes des consommateurs, tout particulièrement dans le domaine de l’information produit, la concurrence tend donc logiquement vers plus de certification. Il a ainsi fallu un peu plus de 2 ans pour préparer ce projet et faire certifier aussi bien la centrale d’achats que l’ensemble des adhérents et bien sûr tous leurs dépôts.

 

LMDS : Quels ont été les obstacles les plus difficiles à franchir ?

C.L. : La norme ISO 22 000 fixe des exigences très proches de la réglementation déjà existante en matière de sécurité sanitaire. Finalement, le plus dur n’a donc pas été de « se mettre aux normes », mais d’expliquer à Christophe Loisonl’ensemble des collaborateurs pourquoi notre réseau se lançait dans cette démarche. Donner du sens, c’est finalement la clé de la réussite, car sans l’implication de chacun, on ne fait rien ! Un autre défi de taille a été d’organiser en trois semaines 24 audits de site : défi logistique, défi humain aussi car notre service qualité a accompagné chacun de ces audits. Et finalement, défi réussi !

 

LMDS : Concrètement, que vous fait gagner cette certification auprès de vos clients ?

C.L. : La double certification (ISO 22 000 + ISO 9 001) est inédite dans le secteur de la RHF en France. Mais ce n’est pas une course à la médaille, loin de là ! Ces certifications sont aujourd’hui quasiment exigées par beaucoup de marchés publics et de sociétés de restauration. Nous gagnons ainsi des points précieux lors des appels d’offres. Sur le plan de la sécurité sanitaire, c’est une assurance supplémentaire apportée aux clients pour les convaincre que tout est mis en œuvre, du référencement des produits jusqu’à la livraison chez eux, et pour leur garantir des produits sains, loyaux et marchands.

 

LMDS : Depuis 2015, Pomona est détenteur de 8 entreprises du réseau. Quelle incidence sur votre fonctionnement aujourd’hui ?

C.L. : L’originalité de Relais d’Or Miko est de pouvoir capitaliser sur deux savoir-faire à la base étrangers l’un à l’autre : d’un côté, le dynamisme entrepreneurial en B-to-B de distributeurs indépendants fédérés par leur contrat de concession exclusive Miko ; de l’autre, l’expertise en B-to-C du groupe Unilever, leader incontesté de la glace en France et qui détient 50 % de la joint-venture Relais D’Or Centrale.

L’acquisition récente, par Pomona, des distributeurs indépendants disposés à céder individuellement leur entreprise, a été organisée pour ne pas modifier la gouvernance établie. Chacun reste lié à Unilever par son contrat de concession exclusive des glaces Miko, ainsi qu’à Relais D’Or Centrale, par son contrat de commissionnement, à savoir le référencement de produits surgelés et frais, voire secs, et services centraux associés.

 

 

LMDS : Vos fournisseurs doivent-ils alors s’attendre à des changements ?

C.L. : Ils ont déjà pu constater que nous avions sensiblement étoffé en 2016 la structure d’achats de Relais D’Or Centrale à Rueil-Malmaison. Nous allons continuer à renforcer notre expertise en matière de produits. Ceci dit, nous réfléchissons aussi à des schémas innovants de négociation, tel celui de la « coopétition »*, ce modèle visant à s’allier en toute intégrité à ses concurrents pour gagner en compétitivité.

 

 

LMDS : Quels axes privilégiez-vous dans le développement de votre assortiment ?

C.L. : Les ventes nationales de Relais d’Or Miko se répartissent aujourd’hui entre un gros 50 % en surgelés, 25 % en frais, 20 % en glaces et un petit 5 % en sec. Notre stratégie de circuits nous a conduits à conquérir récemment des positions notoires dans des secteurs, tels le frais, où nous n’opérions pas précédemment. Demain, des solutions originales de tri températures pourront aussi voir le jour. Au fil des dernières années, nous avons équilibré nos pôles d’achats de façon pratiquement homogène en 5 branches : les viandes de boucherie, les produits de la mer, la charcuterie et les volailles, les produits élaborés salés et le BOF, les produits sucrés et les légumes.

 

LMDS : Quelle perception avez-vous de l’avenir du surgelé en restauration commerciale, sur fond de poussée des circuits courts ?

C.L. : Après la montée en puissance du fait maison, c’est aujourd’hui le locavorisme qui est d’actualité. Et pour demain, impossible de ne pas mettre le digital à l’ordre du jour.

Chez Relais d’Or Miko, il nous arrive de penser que notre empreinte n’est pas neutre sur le développement des marchés. Si nous ne soutenons pas avec vigueur les grandes marques de l’agroalimentaire auprès de nos 80.000 clients, qu’il s’agisse de produits surgelés comme de produits frais, qui le fera mieux que nous ?

Nous aimons bien nous dresser contre certaines pensées uniques… surtout lorsque nous nous savons accompagnés par nos fournisseurs sur ce chemin !

 

 (*) : Coopétition : mélange des deux mots coopération et de compétition, la coopétition est une collaboration ou une coopération de circonstance ou d'opportunité entre différents acteurs économiques qui, par ailleurs, sont des concurrents.




Relais D’Or Miko en chiffres



R.O.M.

Date de création : 1984

Chiffre d’affaires 2016 des ventes estimé à 530 millions €

Effectif : 2 000 personnes

54 sites de distribution clients en France

2 000 produits référencés (glaces, surgelés et frais)

150 000 tonnes de produits alimentaires livrées par an

360 000 m3 de volume de stockage

500 camions de livraison sous température dirigée



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Nouvelles technologies

    Goji annonce le four du futur

    La start-up israélienne Goji a développé un four à partir d’un nouveau procédé technologique fonctionnant avec des ondes radios et des capteurs. Il permet de cuire rapidement et en même temps des aliments hétérogènes, tout en prenant en compte les ...

    21 février 2017

  • Conditionnement et emballage

    Des pots de glaces 100 % compostables

    Le maître artisan glacier Philippe Faur a créé une gamme de pots fabriqués à base de farines céréalières.

    16 février 2017

  • Comportements de consommation

    Les quatre enjeux clés dans les pratiques alimentaires de demain

    Meilleure information, sécurité sanitaire, qualité et retour aux sources : quatre critères qui vont jouer un rôle déterminant chez les consommateurs de demain. C’est ce qui ressort de la dernière enquête d’Harris Interactive sur les ...

    14 février 2017

Dossiers de la rédaction
  • Consommation à domicile
    15 juin 2017
    Comme chaque année, Le Monde du Surgelé présente un bilan du marché de la consommation à domicile des surgelés. A de  rares exceptions près, le surgelé  a encore marqué le pas sur l’ensemble de l’année  2016 et les premiers résultats sur 2017 ne laissent toujours ...
  • 1 janvier 2016
    Dans ce dossier dédié aux aides culinaires, focus tout d'abord sur le segment des herbes aromatiques surgelées sur le marché des grandes et moyennes surfaces. Alors que le merchandising tend à privilégier les petites boîtes, les sachets peinent à gagner en visibilité. Le ...
  • 1 décembre 2015
    Dans ce dossier dédié aux produits de boulangerie, focus déjà sur la reine des reines du boul'pât, j'ai nommé la galette des rois. Si la frangipane reste reine, la créativité des opérateurs avance de façon raisonnée et raisonnable... mais avance. Focus également sur le snack ...
  • 1 octobre 2015
    Dans ce dossier thématique sur les produits élaborés en GMS, Le monde du Surgelé revient sur le segment des plats cuisinés, toujours en repli. Pour autant, les marques ne baissent pas les bras, en misant notamment sur le terroir et tradition ! De leur côté, les pizzas sont ...
  • 1 septembre 2015
    Dans cette thématique axée sur les produits festifs, gros plan notamment sur le marché apéritif en GMS. Si la croissance n'est pas forcément au rendez-vous, le segment offre encore de belles perspectives. Focus sur l'escargot, produit incontournable à l'occasion des fêtes, ...

Produits et Services

Sélections thématiques

Portfolio

Trombinoscope lauréats Saveurs de l'Année 2016

La rédaction | 18 décembre 2015



Saveurs de l'Année 2016 : tous les produits en image

La rédaction | 18 décembre 2015